Dan Benhamou

Professeur des Universités - Praticien Hospitalier

Responsable de l’infrastructure LabForSIMS

Faculté de Médecine Paris Sud

http://www.medecine.u-psud.fr/fr/labforsims.html

 

Département d’Anesthésie Réanimation

Groupe Hospitalier et Faculté de Médecine Paris Sud

Hôpital de Bicêtre,  78, rue du Général Leclerc 

94275 Le Kremlin Bicêtre

Tél : 01 45 21 34 47

Fax : 01 45 21 28 75 

E-mail: dan.benhamou @ aphp.fr

 

 Thématique de recherche

L’apprentissage par la simulation s’impose progressivement dans la formation de toutes les catégories de professionnels de santé. Le dicton maintenant bien connu « Jamais pour la 1ère fois sur un patient » traduit le fait qu’il est devenu plus que souhaitable de former les personnels soignants afin que ceux-ci ne soient plus en situation de se former par exposition directe et création de leur propre expérience au détriment potentiel des patients. Cette modalité de formation s’applique aux étudiants en formation initiale mais aussi aux professionnels en formation continue. Les outils pour créer les conditions de cette formation sont maintenant nombreux et peuvent être catégorisés en simulation humaine (jeux de rôle notamment), simulation avec mannequins (haute fidélité ou non) et simulation numérique (notamment jeux sérieux).

Les connaissances acquises grâce à la simulation peuvent être stratifiées en trois grandes catégories : les connaissances proprement dites (knowledge), les compétences techniques (skills) et les attitudes (attitudes). C’est probablement dans ce dernier domaine que des efforts essentiels sont réalisés car celles-ci restent encore peu ou pas enseignées aujourd’hui dans nos écoles alors qu’il est devenu progressivement de plus en plus clair à quel point des comportements inadéquats influent de façon péjorative sur le résultat des soins. Ces compétences non techniques peuvent être distinguées en compétences cognitives (reconnaissance de la situation, raisonnement clinique et capacité de décision)  et sociales (communication, leadership et travail en équipe). A ces caractéristiques, s’ajoute la gestion des ressources personnelles (gestion du stress et de la fatigue). Dans ce contexte, il est également devenu évident que la formation à l’interprofessionnalité joue un rôle positif pour le pronostic des activités de soins.

A la Faculté de Médecine Paris Sud, un centre de simulation (dénommé LabForSIMS) est ouvert à toutes les professions de Santé depuis 2012 et forme chaque année plusieurs milliers d’étudiants grâce à l’engagement d’une centaine de formateurs. Les activités de recherche en simulation de notre équipe se distribuent sur plusieurs aspects. L’équipe a construit deux jeux sérieux (sous la direction du Dr Blanié) qui sont aujourd’hui parmi les premiers disponibles en langue française. Alors que ces jeux sérieux sont un moyen reconnu et accepté de formation, très apprécié des étudiants, de nombreuses inconnues persistent sur leur valeur pédagogique. D’une part, les mécanismes cognitifs mis en jeu lors de l’apprentissage avec ces jeux sérieux ne sont pas clairement déterminés et sont explorés par des travaux de recherche du laboratoire. L’emploi du débriefing est peu étudié et nos travaux auront pour but de déterminer si celui-ci (qui fait classiquement partie intégrante de la formation par simulation humaine ou sur mannequin) joue un rôle important dans ce domaine également et testera différentes modalités de débriefing après la réalisation de jeux sérieux.

L’apprentissage expérientiel selon le modèle de Kolb est décrit comme le mécanisme majeur de l’amélioration des compétences et connaissances. Des travaux récents suggèrent pourtant que d’autres mécanismes entrent en jeu et expliqueraient notamment pourquoi des apprenants ne participant pas directement aux activités de simulation (et restant donc observateurs) progressent apparemment aussi bien que les acteurs des scénarios. Nous approcherons cette question par plusieurs modalités expérimentales (formation par observation seule, rôle des aides cognitives pour les observateurs…). En matière de simulation humaine, la communication est une composante majeure des compétences non techniques. Celle-ci est utile tant pour la qualité de la relation avec le patient ou son entourage mais aussi pour l’amélioration des performances au sein de l’équipe. Des travaux évaluant la communication au cours de jeux de rôle (avec emploi de comédiens ou non) ont pour but de mieux comprendre les caractéristiques essentielles de cette fonction, de rechercher la congruence entre communication verbale et non verbale, et d’en analyser la rétention à long terme.

Research Interest

The use of simulation to train healthcare professionals increases rapidly with the more widespread acceptance of the saying « never the first time on the patient » which suggests that patients should not be anymore exposed to untrained professionals and that these latter should not acquire experience through a process of care that may be detrimental to patients. This new learning modality is useful for both initial (not only medical and nursing students but also for other types of healthcare professions) and continuing education. The available tools that can be used are now numerous and can be classified as human simulation (role playing), mannequins (high fidelity or procedural) and digital simulation (particularly with the use of serious games).

Competences which can be taught with the use of simulation are distributed among three main categories: knowledge, skills and attitudes. It is likely in the two latter domains that efforts should be strengthened. These skills are indeed not (or only poorly) taught in traditional curriculums although they are now recognised to be associated with poor patients’ outcomes. These non-technical skills include cognitive skills (situation awareness, decision-making), behavioural skills (communication, leadership/followership, teamwork) and human resources (stress and fatigue management). In this context, it has also become obvious that interprofessional training also plays a positive role and has the potential to improve patients’ outcomes.

At Paris Sud Medical School, a simulation centre (named LabForSIMS) has opened in 2012 and trains thousands of healthcare students due to the involvement of nearly 100 teachers. Research activities in simulation include several aspects. The simulation team has developed two serious games which are among the first serious games available in French (work on serious games coordinated by Dr Blanié). Serious games are believed to be an interesting tool. They may allow exploring some non-technical skills but their educational value should be confirmed. First, cognitive processes undertaken during learning while playing serious games are not fully understood. In addition, debriefing with an instructor after playing the serious game, as used during high fidelity simulation, is generally said to be valuable but its exact place has received little scientific evaluation.

According to Kolb’ theory, experiential learning is the main mechanism involved in competence and knowledge improvement. Recent studies however suggest that other mechanisms could be implicated and that observation (without being directly involved in the simulation scenario) may lead to similar learning benefits. Studies in our simulation centre will approach this question using various experimental modalities.

As explained above, communication is one of the main non-technical skills. It is useful not only to facilitate patient-provider relationship but it can also improve the overall team performance. Studies will be undertaken and will be based on role playing (with or without confederates) to explore the correlation between verbal and non-verbal communication as well as the mechanisms of long-term knowledge retention.

 

 Publications spécifiques au domaine de la simulation

Benhamou D, Roulleau P, Trabold F (2013). La simulation en anesthésie-réanimation: outil pédagogique et d’amélioration de la prise en charge des patients. Réanimation 22, suppl 2, 383–390

Balez R, Blanie A, Eghiaian A, Benhamou D (2016, accepté). Ecouter et dire en médecine, une approche psycho-sociale : Former les futurs médecins à la relation avec les patients par la simulation. Sous presse dans TREMA

Blanié A, Roulleau P, Mengelle C, Benhamou D (2016). Comparison of learning outcomes between learning roles (spectator and actor) during an immersive simulation. Anaesth Crit Care Pain Med 2016 Oct 4

Blanie A, Benhamou D (2016). Can linear cognitive aids always be used in anaesthesia? Anaesthesia,71,1377-1378

Benhamou D, Blanié A (2017). Méthodes de mesure du travail en équipe. sous presse dans Risques et Qualité

 Autres publications

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=benhamou+D